Non classifié(e)

Extinction Rebellion Biel-Bienne

Extinction Rébellion, mouvement de désobéissance civile face aux urgences écologiques, le mouvement a déjà mené plusieurs actions en ville de Bienne à peine 6 mois après son lancement. Retour sur celles-ci et sur les évènements à venir, auxquels toute la population est conviée.

Le mouvement Extinction Rebellion, né en Angleterre en octobre 2018 et aujourd’hui actif dans plus de 70 pays et 650 groupes locaux, promeut la désobéissance civile non-violente pour contraindre les autorités politiques à sortir de leur inaction face aux catastrophes écologiques et environnementales. Extinction Rebellion Suisse a trois revendications : 1. Que le Conseil Fédéral dise la vérité sur les désastres écologiques et climatiques en cours 2. Que les émissions nettes de CO2 soient réduites à 0 d’ici à 2025 et qu’il soit mis fin à la destruction de la vie sauvage. 3. Que des assemblées citoyennes tirées au sort pour décider de la manière d’atteindre le second objectif soient mises en place.

En Suisse, un an après sa création, Extinction Rebellion existe dans 15 villes et compte quelques milliers de membres. Extinction Rebellion Biel-Bienne a été lancé dans le courant de l’été 2019 et a déjà plusieurs actions à son compteur. De 15 à 65 ans, tout le monde est invité à rejoindre le groupe et à s’investir dans les activités de son choix, sans aucune obligation de prendre part à des actions illégales. Parmi les nombreux groupes de travail existant, il y par exemple celui de « Culture régénératrice » qui s’occupe du bien-être des autres militant-e-s ou encore « Arts et Matériels » afin de préparer chants et banderoles.

Que s’est-il passé ces derniers temps chez Extinction Rebellion Biel-Bienne ?

Le 9 novembre 2019, une marche funèbre symbolisant la destruction du vivant sur terre a traversé le centre-ville de Bienne. Accompagnée par le chœur de Biu, la quarantaine de personnes présentes ont cherché à interpeller la population biennoise par rapport aux catastrophes actuelles et futures liées aux changements climatiques et à l’extermination de la vie sauvage (terrestre ?). Un grand nombre de discussions avec les passant-e-s ont été menées. Cette action a été répétée lors du marché de Noël, le 12 décembre au soir, afin de poursuivre ce travail essentiel d’information et de sensibilisation auprès de la population.

Après ces deux actions symboliques, dans une logique tactique d’escalade, Extinction Rebellion Biel-Bienne a décidé de passer à l’étape supérieure. Le 21 décembre, munis de banderoles bilingues, une quarantaine de militant-e-s ont effectué plusieurs blocages intermittents de la circulation automobile, à différents endroits de la ville. Comme le définit la stratégie d’Extinction Rebellion, ces blocages d’une durée de sept minutes environ, n’ont pas pour but de blâmer les automobilistes mais de perturber leur routine quotidienne en mettant les thématiques écologiques sur le devant de la scène. Des biscuits et des flyers ont été distribués aux automobilistes et aux piéton-ne-s, dont le retour a été majoritairement positif et beaucoup de discussions ont pu être entamées. A noter que la police locale était présente mais n’a procédé à aucune interpellation.

Ces actions ont été soutenues par des membres de la Grève du Climat et/ou des Ainées pour le climat ainsi que par des membres d’autres groupes locaux d’Extinction Rebellion.

Par ailleurs, deux points de rencontres informels ont été organisés dans des cafés biennois, le 13 novembre et le 22 janvier. Lors de ces évènements, toute personne intéressée de près ou de loin par Extinction Rebellion avait la possibilité de venir rencontrer des militant-e-s locaux afin de découvrir le mouvement.

Les prochains évènements :

-Si vous souhaitez en apprendre plus sur les catastrophes écologiques et climatiques présentes et futures, ainsi que sur le mouvement Extinction Rebellion, deux présentations auront lieu ces prochains temps : le 24 février et le 23 mars de 19h30 à 21h à Haus pour Bienne (Rue du contrôle 22).

-Un atelier de désobéissance civile non-violente aura lieu le 14 mars de 13 à 18h30 aux Salons Gurzelen (Stade de la Gurzelen). Ce sera l’occasion de découvrir en profondeur ce mode d’expression politique qu’est la désobéissance civile. Inscriptions possibles via xr-biel-bienne@protonmail.com.

-Différentes actions sont en cours de planification au niveau biennois. Il est possible de se tenir au courant en nous contactant par email (xr-biel-bienne@protonmail.com) pour s’inscrire à la mailing liste, en rejoignant une liste de diffusion sur Whatsapp (tinyurl.com/XRbielbienne) ou Telegram (t.me/XRBielBienne) ou en nous suivant sur Facebook https://www.facebook.com/XRBielBienne/.

– Deux prochaines actions sont organisées conjointement par Extinction Rébellion Biel/Bienne et le groupe neuchâtelois. Le Chapitre 1 des actions « Y’a le feu aux lacs » aura lieu à Neuchâtel le 5 mars dès 12h et le Chapitre 2 se déroulera à Bienne le 19 mars dès midi. Ces deux actions ont pour but d’occuper l’espace public dans la bonne humeur et une ambiance familiale avec un repas populaire, de la musique et des prises de paroles. De 5 à 95 ans, tout le monde est le bienvenu. Vous pouvez obtenir toutes les informations en vous annonçant par email (xr-biel-bienne@protonmail.com) ou suivre la page Facebook sur laquelle l’évènement est annoncé.

– A noter aussi, que du 16 au 19 avril, la rébellion internationale sera lancée dans des dizaines de pays, dont la Suisse. Une belle occasion de rejoindre dans la bienveillance des personnes de tout âge, afin de lutter pour préserver le vivant sur notre magnifique planète.

Si ces quelques lignes ont éveillé votre intérêt, n’hésitez donc pas à contacter le groupe biennois afin de prendre part localement à ce mouvement international.

Avec amour et rage !

Salomon Bennour originaire du Jura, il s`est installé à Bienne il y a 7 mois. Doctorant en Science Politique à l`Université de Neuchâtel, il a rejoint le mouvement Extinction Rébellion en décembre 2018 et s`y est investi à différents niveau. Depuis le mois d? août 2019, une partie de son engagement se passe dans le groupe local biennois.

Photo principale: Marche funèbre 9.11.2019

image_pdfPDFimage_printPrint
Teilen: